Note #3

<< back

Légitimité

12.09.2014

S’exprimer est une liberté qui nous semble être un droit, voire parfois un devoir. Jusqu’ici je remercie Dieu car j’ai encore cette liberté de m’exprimer et de prendre position comme je le souhaite, car si on regarde rapidement ce qui se passe dans le monde actuel, la réalité frappante nous montre bien que ce privilège n’est pas donné à tous nos semblables.

La liberté d’expression est une bonne chose, c’est là mon avis, mais sous le prétexte de cette liberté nous avons aussi observé bon nombre de dérives qui semblaient dépasser la simple expression d’opinion pour chavirer en expression de sentiments injurieux, haineux, xénophobes… je vous laisse dans vos souvenirs car je ne souhaite pas donner plus de poids à ce qui pèse déjà lourd dans nos cœurs.

Ce matin m’est venue la question de la légitimité, et plus précisément celle-ci : Suis-je en droit de parler des choses célestes ? Immédiatement je me suis souvenu d’un passage dans l’évangile de Marc (chapitre 11 verset 27) : « Ils se rendirent de nouveau à Jérusalem, et, pendant que Jésus se promenait dans le temple, les principaux sacrificateurs, les scribes et les anciens, vinrent à lui, et lui dirent : Par quelle autorité fais-tu ces choses, et qui t'a donné l'autorité de les faire ? » Nous pouvons donc lire que la question de la légitimité a déjà été posée à Jésus et dans bien d’autres passages bibliques nous voyons que les disciples de Jésus sont souvent face à de telles interrogations.

Maintenant, si vous souhaitez, comme les disciples de Jésus, vous approprier la bonne nouvelle et en parler autour de vous, une première question se pose : « Suis-je la bonne personne pour en parler ? ». En fait, cette question ne répond pas profondément au problème de la légitimité ; une interrogation plus pertinente serait : « Par quelle autorité je fais, en l'occurence je dis ces choses, et qui m’a donné l'autorité de les dire ? ».
Deux types de réponse pour justifier votre droit à la parole : « Parce que j’ai fait telle ou telle chose… » ou « Parce que je suis… » Autrement dit vous décidez de vous justifier soit en vous basant sur « votre CV », soit en vous basant sur votre identité. Le CV (ou l'ensemble de vos expériences) consiste à amener des choses que vous avez effectuées, l’identité consiste à poser un fondement déjà acquis, qui ne réside pas dans un ensemble de faits mais dans l’être, qui n'est pas donc pas une conséquence mais plutôt une cause.

Là où je souhaite vous amener, c’est à ce fameux épisode du calvaire à Golgotha, là où Jésus trouva la mort, à côté de brigands qui ont été crucifiés en même temps que lui. Lisez plutôt (Luc 23:39-43) :
"L'un des malfaiteurs crucifiés l'injuriait, disant: N'es-tu pas le Christ? Sauve-toi toi-même, et sauve-nous! Mais l'autre le reprenait, et disait: Ne crains-tu pas Dieu, toi qui subis la même condamnation? Pour nous, c'est justice, car nous recevons ce qu'ont mérité nos crimes; mais celui-ci n'a rien fait de mal. Et il dit à Jésus: Souviens-toi de moi, quand tu viendras dans ton règne. Jésus lui répondit: Je te le dis en vérité, aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis."

Woaw, concernant la légitimité d’entrer dans la présence du Dieu saint (au paradis quoi), le brigand qui d’après le texte a commis des crimes, était nul, zéro, et semblait bien être condamné à l’enfer… Et pourtant, ce n’est pas ce que Jésus a décidé. Jésus a dit que cet homme-là serait au paradis, dans sa présence même, celle de son Sauveur et Seigneur (il me semble d’ailleurs que c’est la seule fois dans les écritures où Jésus dit directement à quelqu’un qu’il sera au paradis de cette façon, mais j’ai besoin de la confirmation d’un plus savant que moi à ce sujet).

Ma légitimité, je ne la fonde pas sur une compilation des bonnes œuvres de ma vie, mais sur l’identité que Jésus-Christ m’a acquise en mourant pour moi sur la croix. C’est là qu’Il a pris toutes mes fautes et m’a revêtu de Sa vie, je suis racheté à grand prix, au prix de son sang, et c'est grâce à son sang que je lui appartiens. Wow quel amour que la croix de Jésus-Christ ! Je suis fier de mon Sauveur et Seigneur !

« Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. » (2 Corinthiens 5 :17)